samedi 19 mai 2012

Message n° 11 : Quel adhésif choisir ?


C’est une question que l’on me pose régulièrement et à laquelle il est toujours un peu difficile de répondre pour les 3 raisons principales suivantes :
 
1) La qualité de la manipulation est au moins aussi importante que la qualité de l’adhésif. D’ailleurs, le Pr Michel Degrange, spécialiste incontesté du sujet, l’avait parfaitement montré dans le cadre de ses fameuses « batailles de l’adhésion ».
2) Le turn over incessant des adhésifs nous empêche la plupart du temps d’avoir du recul sur le produit. Parfois un même fabricant sort un adhésif différent chaque année…
3) Les données actuelles du vieillissement de la couche hybride (voir message n°3 de ce blog) ne sont, le plus souvent, pas intégrées dans les formulations des adhésifs.
 
Pour répondre à cette question et afin de respecter les principes de l’Evidence Based Dentistry (sur laquelle j’écrirai un message prochainement), il serait idéal de trouver des méta-analyses d’études cliniques contrôlées et randomisées. Malheureusement elles ne sont pas encore disponibles sur ce sujet. En attendant nous devons nous contenter de méta-analyses d’études in vitro sur des tests d’adhérence.

Dans cet article récent*, publié en avril 2012 dans le Journal of Dental Research, J. De Munck et al, probablement les meilleurs spécialistes mondiaux des adhésifs, se fixent comme objectif, à partir de 2157 tests d’adhérence décrits dans 298 publications, d’évaluer s’il existe une tendance générale. Ces 298 articles ont été trouvés sur 2 bases de données : Pubmed que vous connaissez maintenant, mais aussi Embase (qui est une autre base de données biomédicales encore plus volumineuse que Pubmed). Il est reconnu par tous qu’une recherche bibliographique est considérée comme incomplète si Embase n’est pas incluse. Cela a été montré notamment pour les études cliniques (Suarez-Almazor et al**, 2000).

Grâce à un instrument statistique original (Artificial Neural Networks « inspired by the working mechanism of the human brain »), ces auteurs sont parvenus à classer les systèmes adhésifs en fonction des valeurs d’adhérence à 24 heures mais aussi à 1 an dans l’eau.

Je vais donc citer, comme les auteurs dans leur discussion,  les 2 adhésifs qui arrivent en tête : En premier, l’Optibond FL (Kerr) 49,7 MPa à 24h et 44,8 MPa à 1 an soit une chute de seulement 10%. En deuxième le Clearfil SE Bond (Kuraray) 45,4 MPa à 24h et 38,6 MPa à 1 an soit une chute de 15%. Ces résultats avaient déjà été obtenus, notamment pour l’Optibond FL, par le Pr Gaetane Leloup***, dans un travail similaire sur 75 études, 10 ans plus tôt.

Les auteurs qualifient le premier adhésif de « gold standard » et citent plusieurs références qui montrent, qu’en plus de ces  excellents résultats in vitro, les 2 premiers présentent d’excellentes performances cliniques.

En attendant la publication de méta-analyses d’études contrôlées randomisées, nous avons donc déjà quelques éléments de réponse à la question posée en titre de ce message.


*De Munck J, Mine A, Poitevin A, Van Ende A, Cardoso MV, Van Landuyt KL, Peuman M, Van Meerbeek B. Meta-analytical review of parameters involved in dentin bonding. J Dent Res  2012, 91(4) : 351-357.

**Suarez-Almazor ME, Belseck E, Homik J, Dorgan M, Ramos-remus C. Identifying Clinical Trials in the Medical Literature with Electronic Databases MEDLINE Alone is not enough. Controlled Clinical Trials 21 : 476-487 (2000).

***Leloup G, D’Hoore W, Bouter D, Degrange M, Vreven J. Meta-analytical review of factors involved in dentin adherence. J Dent Res 2001, 80 (7) : 1605-1614.





Follow by Email